Théâtre de danse / Création 2014
(Parc d’)ATTRACTION(s)
Une pièce co-signée avec Manon Avram (Collectif K.O.com - Marseille)
Automne 2014


Deux créations. Un sous-tire commun : J’aimerai quiconque entendra que je crie. Deux créations, donc, (re)liées. L’une en 2014, l’autre en 2016. Un mot pour chacune d’elle. “Absence” pour la première. “Espoir” pour la seconde. L’une se propose de lire le cri au travers du prisme que serait l’absence. Titre : (Parc d’)ATTRACTION(s). L’autre de lire l’espoir au travers du prisme que serait le cri. Titre : No(w) Hope.


Au départ cette pièce devait s’intituler : ‘‘Un3Mars1996’’, jour de la disparition de Marguerite Duras. Il devait s’agir d’un hommage. Finalement, ce ne sera pas le cas.

Pourquoi ? Disons, qu’on est mal tombé. 2014 était une mauvaise année. Plus précisément l’année à éviter pour un tel projet.

Un petit éclaircissement pour ceux qui auraient échappé au matraquage de ces derniers mois : 2014 aurait été l’année où Duras aurait eu 100 ans. Paraît-il que ça se fête. C’est anecdotique, certes. Insignifiant, pourrions-nous dire. Ingénieux, aussi. D’autant qu’en 2016, elle sera morte depuis 20 ans et que nous assisterons à une nouvelle vague de mémoire à code barre.

Bref, tout aussi incompatible que cela puisse paraître tant avec l’œuvre qu’avec la femme, il nous fallait faire avec ça. Le cru ou plutôt la crue Duras 2014.

Nous étions d’accord, Manon et moi, sur ce point, sur cette indigeste-si-soudaine-sur-abondance-de-présence ; permettant, au mieux, de côtoyer son œuvre, au pire d’assister à la répétition de quelques stéréotypes durassiens plus qu’élimés (par ailleurs déjà très encombrants de son vivant).

Bref, nous étions donc d’accord pour ne plus trop afficher ce mot-là, hommage, s’éviter de participer de ça, s’éviter d’en être. Pas de commémoration, donc. Pas d’idem supplémentaire ajouté à la liste des rues, squares et autres établissement publics portant son nom.

Néanmoins, comme on le dirait de l’alcool ou d’une drogue, nous pourrons parler d’une pièce sous emprise, sous l’emprise ou sous influence de quelqu’un, en l’occurrence de Marguerite Duras.

C’est ajouté aussi ce constat, cette évidence simple : le problème n’était pas de se souvenir de Duras, le problème (insoluble) c’était l’absence de Duras. Son absence aujourd’hui. Elle entre autres. Elle parmi d’autres. Ces autres, c’est-à-dire tous ceux qui aujourd’hui nous font défaut, tous ceux auxquels nous voudrions avoir recours, tous ceux dont on se surprend encore à rêver leurs réactions face au monde. Monde social et/ou politique et/ou culturel et/ou artistique et/ou et cætera. Et des cris qui l’enveloppent, cris de colère et/ou de douleur et/ou de révolte et/ou de joie (il doit y en avoir) et/ou et cætera. Toute exhaustivité serait absurde et/ou nécessiterait un dossier supplémentaire, citons tout de même (histoire de savoir où on est) parmi eux : Roland Barthes, Didier Georges Gabily, Vladimir Jankélévitch, Samuel Beckett, Pina Bausch, Jacques Dupin, Michel Foucault ou Pierre Bourdieu.

En cette période trouble où l’on sait que la guerre est déclarée (Une guerre visant à liquider purement et simplement, disait Bernard Stiegler, l’expérience esthétique. / Entre autres, ajouterons-nous…) La question ne serait plus la résistance mais le combat. Pas d’avenir dans la résistance. Pas de résistance possible en tant que posture politique, précisait-il. L’avenir serait dans l’invention. En résumé, ne plus dénoncer mais énoncer. Déclencher le désir d’une autre histoire. Rendre possible ce désir-là. Et se souvenir de l’urgence fondamentale : savoir contre quoi et surtout pour quoi (en deux mots, autrement dit, pour quel quoi) nous nous battons.

C’est au cœur d’un théâtre plus évidé que vide que nous proposons de placer cette création. Un espace habité de souvenirs et de la présence de ces absents dont la pensée nous manque aujourd’hui... Un espace de confusion volontaire entre « avant » et « maintenant », où résonne la mémoire d’un espoir : celui d’un « après » loin du prévisible annoncé.


Thierry Escarmant et Manon Avram ont choisi d’associer leurs deux compagnies durant six années. De cette collaboration émaneront 3 créations : Qu’avez-vous vu ? (2012) ; (Parc d’)ATTRACTION(s) (2014) ; No(w) Hope (2016).
Au-delà de la dimension artistique, cette volonté est une tentative d’envisager d’autres façons de produire une oeuvre, notamment en fidélisant une équipe avec laquelle les deux compagnies se sont engagées sur cette période.
Ce projet inter-régional se voudrait être aussi un espace d’expérimentation (concret) des pratiques de mutualisation des moyens et des compétences.
À mi-parcours, il apparaît probable que cette démarche se poursuive après 2016, sans toutefois que la co-signature des oeuvres soit nécessaire.
D’un point de vue thématique, les créations 2014 et 2016 portent le même sous-titre (J’aimerai quiconque entendra que je crie). Il s’agira donc d’un diptyque. Néanmoins, à quelques mois de la création 2014, nous percevons qu’elle se trouve être dans la lignée de ‘‘Qu’avez-vous vu ?’’ et pensons donc que ces 3 créations pourraient s’apparenter à un triptyque, tentant de maintenir en tension la question de l’engagement et de la porosité entre le politique et le poétique.


LIENS UTILES

• Dossier de présentation PDF : www.ecrireunmouvement.com/attraction.pdf
• Site de Manon Avram : www.collectifko.com
• Nos partenaires projet par projet : www.ecrireunmouvement.com/partenaires
• Équipes projet par projet : www.ecrireunmouvement.com/equipe
• Accéder directement à cette page : www.ecrireunmouvement.com/attraction



ÉQUIPE ARTISTIQUE :
Conception, Mise en scène et chorégraphie : Manon Avram et Thierry Escarmant / Interprètes : Fanny Avram, Charlotte Belec, Chloé Dervillé, Manuel Buttner / Espace sonore et Musiques : Stephan Krieger / Scénographie : Manon Avram / Costumes : Fanny Avram / Lumières : Julien Soulâtre / Direction Technique : Manuel Buttner.
Contacter quelqu’un : www.ecrireunmouvement.com/contact


PARTENAIRES :

Co-Productions, Accueils studio et Soutiens : La Centrifugeuse (Service Culturel Université de Pau), Ballet National de Marseille.


Partenaires du collectif K.O.com : la DGAC Ville de Marseille, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, le Conseil Régional Provence Alpes Côtes d’Azur.


Partenaires de la compagnie Écrire un Mouvement : la Ville de Pau, la DRAC aquitaine - Ministère de la Culture, le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques et le Conseil Régional d’Aquitaine.




ARCHIVES 2014
(Parc d’)ATTRACTION(s)
19 Sept 2014 à 21h
Théâtre de danse
Création 2014 à La Centrifugeuse - PAU (64)
Une pièce co-signée avec Manon Avram (Collectif K.O.com - Marseille)


Manon Avram / BIO :

Après une formation en photographie, elle travaille en tant que photographe de plateau (théâtre et danse) et crée durant quatre années des expositions sur la trace de l’homme dans l’espace urbain et l’espace naturel. Suite à une première collaboration avec un vidéaste, elle perçoit la nécessité de confronter la photographie à différents modes d’expressions artistiques, pour lui conférer un autre statut que celui du tableau figé.
C’est ainsi qu’elle fonde en 2001 le Collectif K.O.com regroupant des artistes du spectacle vivant et des artistes plasticiens, dans un désir de collaboration et d’interaction entre les différentes pratiques. En 2003, elle restructure le collectif en compagnie de danse et mène des projets entre installations vivantes et pièces pour la scène. Des créations qui portent progressivement sur une écriture étroite entre le mouvement et l’image photographique. Elle est à ce jour l’auteur de sept pièces dont une co-écrite avec Fanny Avram.
Elle partage sa pratique et ses recherches en menant régulièrement des ateliers et des stages sur la danse et la photographie en France et en Italie, expérimentant des formes plus proches de la performance.
Parallèlement à la direction artistique du Collectif K.O.com, elle travaille pour la scène et les arts visuels, avec Anne Martin, Bruno Corsini, Franck Pourcel et Emmanuelle Germain.



Le Collectif KO.com :

Le collectif Ko.com est installé à Marseille depuis 2001. Il est né d’un événement regroupant des artistes de pratiques différentes invités au festival L’autre Emoi à Nice. Même si après un deuxième événementiel de ce type, le collectif est restructuré en compagnie, il poursuivra sa recherche dans l’interaction entre l’art vivant et les arts visuels. Ainsi à partir de 2003, la compagnie créait des pièces pour la scène dans lesquelles la fixité de la photographie projetée est amplifiée par le mouvement des danseurs (Et puis quoi et Profil bas). Depuis 2006, KO.com développe son travail vers la performance avec Les Diptyques (série d’installations vivantes confrontant un diptyque photographique et un danseur). Et c’est avec Huit minutes de pose (2008-2010) et Intérieurs Nuit / Extérieurs Jour (2009-2013) que la compagnie s’oriente vers des projets participatifs menés sur plusieurs années mêlant étroitement interventions artistiques et création.
Depuis 2007, le collectif KO.com partage avec la compagnie Mali Kadi, un espace de travail (bureau et studio) ouvert ponctuellement à d’autres artistes ou compagnies (sur des projets de créations et des cours).



LA COMPAGNIE & THIERRY ESCARMANT :

Thierry Escarmant est chorégraphe, metteur en scène et auteur de textes pour la scène. Il assume la direction artistique d’Écrire un Mouvement, une compagnie implantée à Pau depuis 1989 au sein de laquelle il réalise ses projets. Il propose sous l’intitulé ‘‘Un Théâtre du Corps’’ des pièces combinant la danse, le texte et l’image. Le corps en termes d’implication et d’engagement est central dans ses projets, qu’il s’agisse du rapport à la danse, au texte, à la musique ou à la vidéo.

Thierry Escarmant envisage les manifestations publiques comme un moyen permettant d’ouvrir des espaces de rencontres, d’échanges et de questionnements. Il s’agit pour lui d’interagir et d’entretenir un dialogue avec la cité dont l’enjeu est le partage et la construction de valeurs. La volonté étant d’aiguiser un rapport d’attention au monde, une vigilance à l’aune de la vulnérabilité humaine.

En ce sens, au-delà des créations et de la dimension poétique, l’intention serait d’écrire un mouvement en tant qu’action collective. C’est cette dimension qui l’a conduit à s’impliquer dans la création du ‘‘Festival le Grain de la Voix’’ puis dans la fondation d’une Maison de la Poésie et des Écritures Contemporaines à Pau.

Écrire un Mouvement, c’est aussi un espace de travail, mis à disposition par la Ville de Pau, ponctuellement ouvert aux projets d’autres artistes et structures culturelles, pour des résidences de création ou des représentations.



CRÉATIONS :
Déjà si loin / 2000 (Texte / Danse) - Parlez-moi / 2002 (Texte / Danse / Vidéo) - Quelqu’un / Solo pour Gilbert Traïna / 2003 (Texte / Danse / Vidéo) - N’ayons l’air de rien / 2004 (Danse) - 4.48 Aphone, avec Christophe Rocher, Michel Doneda et Xavier Hayet / 2005 / (Danse / Musique improvisée) - 4.48 Psychose / Texte de S. Kane, avec Akosh S. et Ryan Kernoa / 2005 (Texte / Danse / Video / Musique Live) - Alpha / 2007 (Texte / Danse / Musique live) - Beta / 2007 (Texte / Danse / Musique live) - Pour rire Pour passer le temps / 2009 (Corps et Voix) - Qu’avez-vous vu ? / Co-signée avec Manon Avram / 2012 (Danse / Texte / Images) - Quand je serai(s) grand. / 2013 (Jeunes Publics - Danse / Texte / Vidéo) - Un3Mars1996 / Co-signée avec Manon Avram / 2014 (Danse / Texte / Images).



PETITES FORMES & LECTURES : (Mêlant Danse et Musique Live selon les projets)
Écrire de Marguerite Duras / Récit - L’œil se scrute de Charles Juliet / Poésie - Ce qui s’appelle crier de Joris Lacoste / Pièce radiophonique - De l’impossibilité & Froid des limites d’Antonio Gamoneda / Poésie - Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman / Récit - L’eau Mate & Elena de Bernard Manciet / Nouvelle - Éclisse de Jacques Dupin / Récit - L’homme assis dans le couloir & Le square & La vie matérielle de Marguerite Duras - Cadavres, si on veut de Didier-Georges Gabily / Article de presse - Le testament de Vanda de Jean-Pierre Siméon / Théâtre.



CRÉATIONS LORS DE WORKSHOPS :
Le temps et la Chambre / Botho Strauss avec l’école de danse HD (2002) - Assez, avec les étudiants du Lycée agricole de Montardon (2003) - N’ayons l’air de rien, avec les étudiants de l’École Supérieure des Arts de Pau (2004) - Leçon inaugurale de Roland Barthes avec les élèves de l’école de danse HD (2004) - L’air de rien avec les jeunes musiciens du GAM au Musée des Beaux Arts de Pau (2004) - Qu’en pensez-vous ?, avec les étudiants du Lycée agricole de Montardon (2004) - Le progrès, une idée morte ?, avec les étudiants du Lycée agricole de Montardon (2005) - Ouvrons les Guillemets, avec des étudiants de l’Université de Pau (2006) - Gamma, avec les lycéens de l’option cinéma du Lycée de Vierson (2007) - Gamma, avec les étudiants de l’École Supérieure des Arts de Pau (2008)



QUELQUES COLLABORATIONS AVEC D’AUTRES ARTISTES ET ÉQUIPES :
Musiciens : Michel Doneda, Christophe Rocher, Akosh Szelevenyi, Xavier Hayet, Ghislain Jantroy, les groupes Kourgane ou Man - Arts Urbains : Stany Cambot (Échelle Inconnue / Rouen), Gabi Farage (Bruit du Frigo / Bordeaux) - Théâtre : Francis Sourbié (Cie Théâtre de Novembre / Paris), Kristian Frédéric (Cie Les arts qui bougent / Bayonne) - Danse : Manon Avram (Collectif KO.COM / Marseille)



CRÉATIONS CO-SIGNÉES AVEC RICHARD CAYRE :
Danse pour Léonor Fini, (1992) / Les Auréoles Imprécises (1993) / Ordalie par les roses (1994) / Hostia (1995) / Le bal des ardents (1996) / Tout va bien (1997) / Noces (1998) / Français, encore un effort (1999) / Antigone à la plage (1999).